Mon livre sera un compagnon de route


Auto-édition, Ecrire, Publier, Témoignage d'auteur, Vidéo / mardi, janvier 30th, 2018

Quand un rituel du matin – poster une photo et un texte sur Facebook – donne naissance à un livre, cela intrigue forcément.  La vie se voyage est un ouvrage inclassable né de rencontres entre Isabelle Calkins, l’auteure, une communauté de fans et de bonnes fées. Une belle histoire comme je les aime pour montrer qu’il y a mille et une façons d’écrire un livre.

Et pour ceux qui préfèrent lire…

Bonjour Isabelle, peux-tu te présenter et nous expliquer comment est né ce livre? 

Bonjour, mon cœur de métier est le coaching, les formations et les conférences sur la prise de parole en public. J’essaie d’accompagner les gens pour qu’ils déploient une communication inspirée et inspirante basée sur leur propre singularité.

Et j’ai plusieurs choses qui m’habitent. J’ai notamment commencé un rituel il y a plus d’un an et demi en publiant des posts tous les matins sur Facebook. En fait, je prends des photos, je les regarde et quand il y en a une qui me plaît, qui me parle, j’écris un texte. Il n’y a rien de calculé, cela sort des entrailles. J’attends que la photo fasse vibrer quelque chose en moi, cela sort et voilà. Je ne retravaille pas, je ne corrige pas, c’est vraiment très spontané. J’ai fait cela pendant plus d’un an et les gens qui me suivent m’ont demandé de prendre mes textes et d’en faire un bouquin.

Au début ce n’était pas l’idée car je ne me suis jamais projetée là-dedans et puis j’ai dit OK. Et à partir du moment où j’ai pris cette décision il y a eu la providence, tout c’est mis en place, cela a été une histoire remarquable.

Ce que je trouve magnifique en ce qui concerne ce bouquin, c’est que c’est à la fois quelque chose de très intime et quelque chose d’assez collectif car les gens ont participé à travers Facebook.  Ils m’ont envoyé leur énergie. C’est vrai que c’est moi qui écrit les textes mais je me nourris des commentaires. Je les lis, cela fait du bien, cela rassure, c’est gratifiant. Une boule d’énergie a donc été créé et je pense qu’on la retrouve dans ce bouquin.

C’est une merveilleuse aventure. Pour moi, c’est un rêve car je n’ai jamais eu besoin de me positionner en me disant « OK je vais écrire un bouquin ». Je ne suis pas passée par le dur. C’était une évidence et un besoin d’écrire et de transmettre. Partant de là, j’aime bien travailler de façon organique, je vais quelque part sans vraiment savoir où je vais et je construis chemin faisant.

J’ai lu que tu avais dû réécrire certains de tes textes et faire du travail de mise en forme. Parle nous de ce que tu n’avais pas prévu au début de ton projet.

C’est amusant parce que chaque personne a une façon différente de lire et de s’approprier le livre. Sur chaque page il y a un texte et une photo. Donc les gens vont regarder les dates de naissance, les anniversaires, ou alors ils le suivent quotidiennement.

Et effectivement au début, comme je n’avais pas pensé faire un bouquin, il y avait des photos libres de droit et des photos non libres de droit. Il a donc fallu faire le ménage. Parfois je me suis rendue compte que sur un mois il ne restait plus rien. J’ai dû réécrire  des textes et, en même temps, il n’y avait pas de souci avec cela. C’est venu très spontanément.

Donc il y a eu un travail de reécriture. Pour un tiers ? la moitié ?

Peut-être que tu es assez juste avec un tiers.

Tu t’es faite aider pour la mise en page ?

En fait c’est Edith Lassiat qui, comme par hasard, est passée chez moi au moment exact où j’avais besoin d’elle. C’est elle qui m’a aidée à construire la mise en page. J’ai eu des petits anges qui sont arrivés aux moments importants de la construction du livre.

Ce livre est en marge de ton activité professionnelle. Comment vois-tu les choses? Penses-tu que cela va te donner une visibilité supplémentaire pour te faire connaître et aider davantage de gens ou vas-tu séparer complètement les deux domaines? 

Je vais être très franche, je fonctionne tout le temps au cœur. Ce bouquin est sorti de mes entrailles, c’est mon bébé et qu’il m’apporte de la visibilité ou pas ce n’est pas vraiment l’idée. Ce qui m’anime c’est le besoin et l’envie de transmettre. En même temps, quand je fais des ateliers de prise de parole en public, on me dit souvent que je fais beaucoup plus que cela, que je révèle, que je fais du développement personnel. L’idée est peut-être que La vie se voyage me permette de révéler un petit peu plus de la profondeur que je cherche, avec laquelle je travaille sur mes ateliers et autres. De ce fait, cela va être un compagnon qui va m’aider à trouver ma nouvelle place. Peut-être. On verra…

Si tu avais un conseil à donner à des personnes qui veulent publier un livre à partir de posts, d’articles de blogs ?

Restez avec ce qui vous fait vibrer, je pense que c’est vraiment le plus important. Parfois on peut recevoir beaucoup de conseils marketing. On peut en tenir compte mais je crois que le plus important est de rester vrai avec soi-même. Comme cela on est content et je pense que c’est ce qui donne de l’élan et de l’énergie au bébé qu’on met au monde. Je parle du livre ! Mon conseil serait d’être fidèle à ce qui est vrai pour vous.

Je remercie Isabelle Calkins et je souhaite beaucoup de succès à son livre La vie se voyage, que je recommande sans réserve !

Si vous aussi vous souhaitez devenir auteur(e), parlons-en lors d’une séance découverte. Demandez votre rendez-vous.

2 réponses à « Mon livre sera un compagnon de route »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *