Écrire un livre et le publier, c’est prendre un risque. Le risque d’y passer du temps, d’investir beaucoup d’énergie dans la promotion pour, au final, ne vendre que quelques exemplaires. Ce risque est réel. Mais est-ce là le plus important ? Devriez-vous avoir peur et renoncer ? Ou suivre votre envie et oser écrire votre livre.

Commençons par planter le décor. D’après le Syndicat national de l’édition, le nombre de nouveaux titres a doublé en vingt-cinq ans. À première vue, c’est formidable. Mais il y a un dommage colatéral : les livres sont de moins en moins promus par les éditeurs et…de moins en moins lus. Dans cette abondance de propositions, très peu d’ouvrages atteignent le statut de best-seller (+10 000 exemplaires vendus). Mais il y a pire. Tous éditeurs confondus, un livre qui se vend bien s’écoule à…. 500 exemplaires. Alors l’autoédition…!!

Pourquoi oser écrire un livre ?

Dans ces conditions, qu’est-ce qui pourrait vous pousser à surmonter votre peur d’écrire un livre ? Rappelez-vous que votre objectif n’est pas de publier un best-seller mais d’offrir à quelques lecteurs un ouvrage qui pourra les aider dans leur vie.

Si vous me suivez, vous savez que j’encourage les professionnels indépendants à écrire des ouvrages pratiques. Puis  à s’en servir comme outil de marketing pour développer leur visibilité et valoriser leur expertise. Et ça marche !

Alors votre livre ne figurera peut-être pas sur la liste des best-sellers (bien que je vous le souhaite) mais voici quelques unes des conséquences très positives auxquelles vous pouvez vous attendre.

Vous êtes perçu comme l’expert référent sur une thématique donnée

Il suffit de faire quelques recherches pour s’apercevoir que, quelle que soit le domaine d’activité, la concurrence explose. Aujourd’hui tout le monde, ou presque, peut devenir professionnel du soin ou du bien-être, coach, formateur ou consultant. L’information est largement accessible et la moindre école indépendante propose une certification. C’est pourquoi le public, et les clients potentiels, peuvent aisément se sentir perdus.

Si vous voulez dominer votre « marché », montrer que votre expertise est réelle et différente de celle de vos concurrents, vous devez écrire un livre. C’est aussi simple que cela.

Une personne m’a contactée hier parce qu’elle postule au poste de Présidente d’une importante association professionnelle. Elle a parfaitement compris que, dans un environnement essentiellement masculin, un livre de référence lui permettrait d’affirmer sa légitimité. Elle se donne six mois pour l’écrire et le publier.

Vous êtes invité à des conférences

Un livre de qualité ouvre toutes les portes et, notamment, celles des sommets, rencontres et autres forums au cours desquels vous avez de très grandes chances de rencontrer des clients potentiels.

Lorsque vous êtes sur scène, le spectateur se fait une première impression. Le livre permet de « valider » ce ressenti, de confirmer le fait qu’il peut vous faire confiance. Il a aimé vous écouter, il aimera vous lire et la demande de contact sera peut-être l’étape suivante.

Pour m’être récemment rendue (avec mon livre sous le bras) à une Journée réservée aux entrepreneurs, j’ai constaté que tous les intervenants présentaient leurs livres à l’issue de leur conférence. Certains les vendaient, d’autres l’offraient. Pourquoi ? Parce qu’il n’existe pas de moyen plus rapide et plus efficace d’engager un dialogue avec des prospects, puis de rester présents dans leur esprit.

Les auteurs sont souvent invités à participer à des événements. Mais le livre vous donne aussi une excellente opportunité d’organiser vous-même une conférence autour de votre thématique. Vous pouvez être acteur de votre succès.

Vous laissez une trace

Connaissez-vous l’adage « Les paroles s’envolent, les écrits restent » ? Or l’envie de laisser une trace de notre passage sur terre existe chez nombre d’entre nous. Est-ce de l’ego ? de l’altruisme ?

Lorsque je parle avec mes clients, c’est plutôt la conviction intime que leur livre est porteur d’un message qui peut changer le monde ou aider les gens. Et c’est beau à entendre.

Alors, quelle que soit la raison de cette envie, allez-y foncez !

Oser écrire un livre, c’est viser l’excellence

Vous l’avez compris. Les auteurs le savent bien : écrire un livre, c’est prendre un risque. Malgré tout, je vous encourage de toutes mes forces à suivre votre élan.

J’ai juste une recommandation à faire. Pour atteindre les objectifs que vous vous fixez, faites preuve de la même exigence que celle que vous avez lorsque vous exercez votre métier ou votre art. Visez l’excellence !

Dans tous les cas, un livre de mauvaise qualité serait contre-productif. Il vous décrédibiliserait et nuirait à votre réputation.

Si vous connaissez les règles du jeu et que vous savez comment écrire et publier un livre qui rencontrera son public, commencez à rédiger votre manuscrit sans attendre.

Mais sachez aussi que vous pouvez vous faire accompagné à chacune des étapes de votre projet. Vous pouvez prendre rendez-vous pour une séance offerte. Vous me parlerez en toute confidentialité du livre qui vous trotte dans la tête et je vous dirai comment je peux vous aider.

À votre futur livre !

 

 

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest