Combien d’entre nous ne parvenant pas à vaincre la page blanche renoncent tout simplement à leur projet de livre ? Peut-être est-ce votre cas ? Et je suis prête à parier que ce qui vous paralyse n’est ni le manque d’envie ni le manque d’idées, mais plutôt la peur de ne pas écrire des pages parfaites.  Je vous propose quelques pistes pour surmonter ce blocage bien connu des auteurs.

La tyrannie de la perfection

La tyrannie de la perfection est partout. Mais quand il s’agit d’écrire un livre le problème empire. À force de mettre la barre trop haut, la plupart des aspirants auteurs se découragent et abandonnent leur projet.

Devant la feuille de papierles phrases, qui semblaient si claires et si bien construites dans votre esprit, ne veulent plus sortir. Elles disparaissent immédiatement dès qu’il s’agit de les mettre par écrit (si vous écrivez des articles pour un blog, vous savez aussi de quoi je parle). En conséquence, vous pensez que vous n’y arriverez jamais. Alors vous abandonnez l’idée même de devenir auteur.

Peut-être, comme certains de mes clients, vous imaginez-vous que les auteurs professionnels n’ont pas besoin eux aussi par moment de vaincre la page blanche ? Que ce sont des êtres dotés d’une qualité que vous n’avez pas : celle de bien écrire du premier coup. Qu’il leur suffit d’allumer leur ordinateur pour écrire des phrases parfaites, qui formeront les chapitres parfaits d’un livre best-seller.

Non, sérieux ????

Un premier jet est toujours imparfait

Au risque de briser un mythe, le premier jet d’un livre est toujours imparfait. Vous avez bien lu. TOUJOURS.

  • Les phrases sont trop longues
  • Les paragraphes mal construit
  • Le vocabulaire approximatif
  • Vous dites trois fois la même chose à la suite
  • Même vos exemples pourraient être plus pertinents.

Soyons brutal. C’est de la bouillie.

Et c’est très bien ainsi !!!

Un premier jet est un brouillon. Une base. Un texte que vous allez améliorer.

3 conseils pour vaincre la page blanche

L’important est de commencer. À partir du moment où vous vous donnez la permission de vous tromper et d’écrire mal, tout devient plus facile. Vaincre la page blanche est à votre portée.

# 1 Écrivez ce qui vous passe par la tête

Les premiers mots que vous poserez sur le papier n’ont aucune importance. Notez votre rêve de la nuit, la liste de vos envies, une pensée inspirante… L’écriture est un geste physique. Une fois que vous aurez le stylo entre les mains ou le clavier sous les doigts, il sera plus facile de poser vos idées et de développer votre sujet de livre.

# 2 Trouvez votre « bouée »

Lorsque je suis bloquée sur un sujet en me demandant comment je vais bien pouvoir tenir le délai, je sors ma « bouée ». L’astuce qui me permet de sortir la tête de l’eau et de retrouver calme et efficacité est d’une simplicité déconcertante.

J’écris : Au départ un constat...puis j’expose la problématique. Ces premières phrases ne sont généralement pas retenues dans le texte final. Mais, en fuyant la recherche de la perfection, je lance l’écriture. Cela fonctionne à chaque fois pour moi.

Essayez vous aussi de trouver la « bouée » qui sauve de la noyade et de la paralysie.

# 3 Donnez-vous la permission d’écrire mal

Votre texte est mauvais mais c’est OK. Je vous ai expliqué pourquoi au début de cet article.

Il sera toujours temps de revenir sur votre manuscrit pour le réorganiser, le modifier, le compléter. Voire de réécrire certains passages.

C’est comme cela que cela fonctionne.

Tous les auteurs procèdent ainsi. Alors pourquoi pas vous ?

Retrouvez d’autres conseils pour surmonter le syndrome de la page blanche dans cet article.

Enfin, si vous avez un ouvrage commencé mais jamais terminé, ou si vous souhaitez de l’aide pour écrire votre prochain livre sans craindre le syndrome de la page blanche, contactez-moi. Nous programmerons un entretien pour parler de votre projet et voir comment je peux vous aider.

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest