Lorsqu’on écrit un livre professionnel, la dernière chose que l’on souhaite est de passer pour un écrivain amateur. Si, comme je le pense, vous souhaitez augmenter votre crédibilité et votre impact, votre écriture doit être impeccable. Vous pensez que c’est difficile ? Pas du tout. Voici quelques conseils pour éviter les pièges les fréquents et améliorer votre manuscrit

Écrire un livre sans passer pour un amateur

# 1 Supprimez les points d’exclamation

Rien ne fait plus amateur qu’un texte ponctué de points d’exclamations!  Vous n’écrivez pas un livre pour enfant !!! Et encore moins des dialogues !!! Alors pourquoi en abusez-vous ??!!

Le point d’exclamation exprime une émotion telle que la surprise, la joie, la colère, l’ordre… Comme il a une valeur affective, il n’a pas sa place dans un texte professionnel.

Je vous conseille donc d’en limiter l’emploi. La virgule et le point, généralement suffisants, conviennent mieux à l’expert que vous êtes.

# 2 Choisissez vos mots

Beaucoup d’auteurs amateurs utilisent des mots rares et « compliqués » afin de paraître plus savants. Quelle erreur ! Bien écrire, c’est écrire pour être lu et compris du plus grand nombre. On peut parler de n’importe quel sujet, même de neurosciences, d’intelligence artificielle ou de spiritualité, en utilisant les mots de tous les jours.

Sachez qu’en réalité, faire simple demande beaucoup plus de travail et de réflexion que d’écrire de façon compliquée. Mais c’est à cela que l’on reconnaît les bons auteurs. Ils acceptent de se mettre à la portée de tous pour transmettre leur message.

# 3 Évitez les digressions

Écrire un livre sans passer pour un amateur consiste aussi à rester concentré sur la problématique que vous traitez. Je ne compte plus le nombre d’auteurs inexpérimentés qui se perdent dans des digressions sans fin. On a l’impression qu’ils écrivent sans plan en suivant le fil de leurs pensées.

Une comportementaliste animalière peut ainsi refaire l’histoire du chien à travers les âges dans un livre d’éducation canine; un expert-comptable partir dans des considérations techniques dans un livre grand public; une thérapeute déplorer l’état du système de soins français alors que son sujet est le soulagement des douleurs lombaires. Vous comprenez l’idée. Cela n’intéresse pas le lecteur. Point-barre.

Restez concentré sur votre sujet. L’astuce ? Posez-vous ces deux questions :

  • est-ce le sujet du livre ?
  • cela intéresse-t-il mon lecteur ?

Si la réponse est non, abandonnez l’idée.

Supprimez aussi toutes les phrases qui ne contiennent aucune information.

# 4  Restez discret sur vous-même

Un livre professionnel n’est pas une biographie. Je suis souvent contactée par des personnes qui veulent raconter leur vie pour inspirer les autres. L’intention est généreuse. Mais ce n’est pas le propos de ce type d’ouvrage.

Bien sûr vous pouvez parler de vos expériences dans un livre, mais ne partez pas de là. Un livre professionnel n’est ni un journal intime, ni un outil thérapeutique. Placez toujours le lecteur au centre de vos propos. Que pouvez-vous faire pour lui ? Que va-t-il retenir ? Quel sera le bénéfice retiré ?

Si vous parlez de vous, veillez toujours à ce que cela contribue à montrer votre légitimité sur le sujet. Choisissez soigneusement les anecdotes et apportez de l’information.

# 5 Mettez des titres et des sous-titres

Une autre caractéristique des livres écrits avec amateurisme est l’absence de titres et de sous-titres. L’auteur écrit « au kilomètre ». Les paragraphes sont inexistants, les pages noires de texte, comme s’il fallait remplir, remplir et remplir encore.

Au secours ! Laissez le lecteur respirer. Proposez-lui des pauses sous forme d’encadrés, de témoignages ou d’illustrations.

Si vous manquez d’idées, rendez-vous chez votre libraire pour feuilleter des livres récents. Vous constaterez que la mise en page est aérée et permet de nombreuses entrées dans le texte.

Récapitulons !

Pour écrire un livre sans passer pour un amateur :

  1. Supprimez les points d’exclamation et vérifiez bien votre ponctuation
  2. Choisissez vos mots en fonction de votre lectorat. Privilégiez le vocabulaire courant car il est simple à comprendre.
  3. Évitez les digressions et allez droit au but. Ne faites pas perdre de temps à votre lecteur.
  4. Restez discret sur vous-même, un livre professionnel n’est pas un récit de vie.
  5. Mettez des titres et des sous-titres pour faciliter la lecture et rendre le texte plus accessible.
Ces points de vigilance sont particulièrement importants si vous envisagez de vous autopublier.

Pour aller plus loin, vous trouverez d’autres conseils utiles dans mon livre Écrire et publier un livre professionnel. S’organiser, construite, écrire, relire et trouver un éditeur.

Enfin, vous pouvez choisir de vous faire accompagner par un coach qui a une grande expérience de la rédaction de livres pratiques. Si vous avez un projet, je vous propose de réserver un rendez-vous pour voir comment je peux vous aider.

Je vous offre mes conseils

Recevez gratuitement 3 conseils en vidéo et commencez votre livre cette semaine !

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest